Dias de campo

Fiche technique
Dias de campo de Raoul RuizDias de campo de Raoul Ruiz
long métrage fiction 35mm France, Chili (2004) Date de sortie : 15 Décembre 2004 1h 30mn.
Autre titre :
Journées à la campagne
Réalisé par :
Raoul Ruiz
Avec :
Marcial Edwards, Mario Montilles, Bélgica Castro, Ignacio Agüero, Rosita Ramirez, Monica Echevarria, Carlos Flores, Francisco Reyes, Amparo Noguera, Christian Quezado
Synopsis :
Dans un bar de Santiago, deux vieillards discutent en buvant. Il semble que l'un d'eux soit en train d'écrire un roman. C'est une conversation bizarre: ils parlent d'eux-mêmes comme s'ils étaient déjà morts. Don Federico, le prétendu romancier, cueille des allumettes dans son verre de vin. Une curieuse étrangeté s'installe. Où sommes-nous au juste? Au royaume des morts' Pas tout à fait. Tout au plus dans une vie antérieure, dans le souvenir. Car Don Federico se met à évoquer le temps de sa jeunesse, quand il vivait à la campagne. C'était un homme sociable, un propriétaire fortuné qui recevait volontiers ses amis, les bourgeois éclairés du coin. Paulita, la plus âgée de ses domestiques, semble avoir toujours fait partie de la famille. Elle est là, dans le domaine, depuis toujours. Elle a un fils qui est parti à Antofagasta dans le nord du Chili, et qui lui envoie de ses nouvelles régulièrement. Comme elle ne sait pas lire, c'est Don Federico qui lui lit ses lettres. Comme la vieille Paulita est souffrante et n'en a plus pour longtemps, Don Federico lui propose de partir ensemble dès le lendemain voir le fils qui vit dans le nord. Mais attention, tout n'est peut-être pas vrai dans cette histoire. Car, encore une fois, où sommes-nous' Sommes-nous au royaume des songes' Et qui rêve de qui? Don Federico continue-t-il d'écrire son roman? Et qui est ce vagabond qu'on a fusillé pour avoir tué un homme qui avait tué son chien ?
Scénario :
Raoul Ruiz
Montage :
Jean-Christophe Hym
D'après :
Federico Gana
Production :
Margo Films , Portugal, RR Producciones, CNC
Directeur de la production :
Francois Margolin Production
Image :
Inti Briones
Son :
Felipe Zabala, Jean-Denis, Buré, Gérard Rousseau
Musique :
Jorge Arriagada, Alfonso Leng
Distribution :
Gemaci
Visa d'exploitation :
111.324
Prix, Festivals :
Prix Circulo de los Criticos de Arte de Chile, Montréal 2004, Rio de Janeiro 2005, Rotterdam 2005

Un film de Raoul Ruiz

Document(s)

Note du réalisateur

Source : Dossier de presse

Par Raoul Ruiz

Je suis parti du Chili en 1973. Après dix ans d'exil j'y suis retourné. J'ai été surpris de constater que rien dans mon pays ne me donnait l'envie de faire un film.

Moi, à qui la seule idée de faire un film à Taiwan, en Sicile ou en Hollande me faisait venir des dizaines d'idées de fictions filmables, je me sentais devant le pays de mon enfance, comme paralysé, sans aucune idée.

J'ai du attendre encore vingt ans pour que les images du Chili commencent à se constituer en fictions que j'avais envie de filmer.

J'ai commencé par de petits commentaires. Et puis, un jour, je me suis trouvé sans savoir trop comment ni pourquoi, en train de tourner une fiction chilienne. Qu'est-ce que ça veut dire "chilienne" ? Autrefois j'aurais répondu "une fiction sans qualités" (comme on dit : "L'Homme sans Qualités"). Aujourd'hui j'aurais plutôt tendance à dire : un film dans lequel tous les éléments locaux seraient, tout d'abord, sujet d'étonnement et d'étrangeté, où le fantastique découlerait naturellement de petits événements "sans histoire". Evénements flottants dans un monde qu'ignore la chronologie. Un monde où vous n'arrivez pas à savoir si vous êtes en train de vous rappeler d'un événement du passé ou si c'est le passé qui est en train de se souvenir de vous.

Au départ, je voulais simplement adapter une nouvelle de l'écrivain Federico Gana que j'avais lue à l'école. Puis j'ai décidé de mélanger deux de ses nouvelles. Finalement, j'ai fini par faire un film sur les souvenirs que la lecture de ses nouvelles avaient provoqués - j'avais huit ans - chez l'homme que je suis. Des souvenirs inversés, en quelque sorte.

Source : Hors Champ 3 septembre 2004

Par Richard Bégin et André Habib


Reproduit dans lecinemaderaoulruiz.com avec l'autorisation des auteurs

Extrait

Hors champ : Est-ce que vous craignez les universitaires, ou plus généralement le travaux académiques qui ont porté sur vos œuvres ?

Raoul Ruiz : Ce que je redoute surtout, ce sont les cloisonnements, la tendance à la spécialisation qui est, qu'on le veuille ou pas, le propre de l'Université aujourd'hui. Et pourtant son nom dit plutôt le contraire : universitas, l'universel.

HC : Que pensez-vous néanmoins de l'enthousiasme que vous avez généré auprès de certains milieux universitaires ?

RR : En vérité, je me sens flatté. Je ne suis pas un vrai universitaire. J'ai fait trois ans de droit, un peu de théologie. Et c'est tout. La première fois que j'ai mis les pieds à la Sorbonne c'était pour assister à une thèse sur l'un de mes films, L'hypothèse du tableau volé [1979]. Ceci dit, la plupart de mes amis sont des universitaires, la plupart des gens qui s'intéressent à mes films sont des universitaires. Ceci m'a d'ailleurs donné la possibilité d'enseigner à l'Université.

HC : Les textes qui sont repris dans le recueil Poétique du cinéma sont tirés de cours et de conférences que vous avez donnés à l'Université ?

RR : Ça vient de cours que j'ai donnés à Harvard, de conférences à Duke et en Colombie. Les textes ont été remaniés, et j'ai écrits quelques textes en plus. … Mais j'ai un peu peur de publier, parce que, surtout dans mon pays, le Chili, où ces textes ont été traduits, ils ont donné lieu à une espèce de fascination dangereuse. Vous savez, au Chili, il n'y a pas de juste milieu. Soit ils ne lisent rien, soit ça devient un texte culte. Dans les deux cas, c'est compliqué.

HC : Vos textes sont devenus des textes cultes au Chili ?

RR : Pire que ça. Il y a un mouvement politique qui se réclame de mes textes. Ce qui m'étonne. Je ne crois pas qu'on puisse sortir un mouvement politique de mes textes. En même temps, comme c'est un pays qui a un sens de l'humour très bizarre, on ne sait jamais si c'est vrai ou si on plaisante. Et c'est peut-être mieux comme ça.

HC : Vous défendez dans certains de vos films une politique, qui passe par une transformation des modes de production ?

RR : Oui. Prendre au sérieux une dimension politique au cinéma, c'est renier complètement un certain système de production. Maintenant, c'est tout à fait possible. À l'époque où j'écrivais cela, c'était une sorte d'idée générale. Partons du principe qu'il faut commencer par des images, que les images précèdent la narration. C'est bête comme tout. Mais ceci implique que l'image est ouverte, et que la narration va la fermer. Donc il faut commencer par filmer, après éventuellement retravailler un texte, ensuite filmer à nouveau. C'était impossible, ou très difficile, en 89, 90. Il y avait un peu de caméra vidéo, mais pas tellement. Maintenant, cela devient tout à fait possible et admis par le cinéma. Si on veut nuancer et aplatir un peu le star system, c'est nécessaire. Le star system consiste à réduire 20,000 comédiens bien, à 2,000 presque géniaux, à 20 qui sont choisis presque au pif, et qui deviennent les seuls possibles. C'est ça le star système. Si on réussit à un peu nuancer ce star system qui a ses mérites pour l'industrie qui a besoin que les gens puissent connaître les visages, on arrivera peut-être à produire des films qui échappent complètement aux normes.

Télécharger le document intégral

Note du producteur

Source : Dossier de presse

Par Francois Margolin


Je connais Raùl Ruiz depuis longtemps. Plus précisément depuis que je lui ai proposé de réaliser un des sketches du film A propos de Nice, la suite. C'était il y a près de dix ans.

Nous sommes restés très proches et très amis depuis lors.

Nous avons eu divers projets qui ont vu le jour : un film sur le peintre Jean Miotte (Miotte vu par Ruiz N.D.L.R), qui a été acheté par la plupart des musées américains, et Cofralandes un ensemble de six films documentaires sur le Chili aujourd'hui.

C'est ainsi que j'ai eu l'occasion de découvrir le Chili, un pays que j'ai immédiatement aimé. A la fois à cause de son immensité - sa géographie est, en soi, fascinante - et de son côté " Europe du bout du monde ".

C'est ainsi aussi que j'ai découvert d'où était issu Raùl Ruiz, et d'où lui venait cet esprit profondément imaginatif, ludique, jouisseur, paradoxal en même temps que très ancré dans le réel.

J'ai eu l'occasion de rencontrer sa mère et l'appartement où il passa son enfance. Un appartement où elle habite toujours. J'ai pu ainsi admirer les tableaux qui le firent rêver. Des tableaux représentants des bateaux et des marins sur toutes les mers du monde.

C'est au cours d'un de ces voyages que nous avons eu l'idée de produire un film qui se passerait au Chili. Raùl Riùz n'y avait plus tourné de film de fiction depuis plus de trente ans. L'idée lui faisait peur en même temps qu'elle l'excitait. Il n'avait plus utilisé ni la langue espagnole (dans ses films !), ni d'acteurs chiliens depuis lors.

Très vite, il m'a parlé de ce court roman du début du siècle dernier de Federico Gana, un auteur très connu au Chili, très peu ailleurs. Je l'ai lu, Raùl a écrit un scénario, et nous nous sommes lancés dans l'aventure.

Je crois que le résultat est tout-à-fait exceptionnel. Exceptionnel parce que c'est un film hors du temps et inclassable. Exceptionnel parce qu'il marque un tournant dans l'oeuvre de Raùl Ruiz : il est à la fois l'aboutissement de toutes ses recherches sur la narration cinématographique en même temps qu'un retour aux sources, donc empreint de nostalgie, de mélancolie, d'alcool. De tout ce qui constitue la culture chilienne, l'âme chilienne.

Si le terme ne risquait pas de " porter malheur ", je dirais qu'il s'agit d'un film-testament. Parce qu'il parle de la vieillesse, de la mort et de la vie. Parce qu'aussi, il est, ce qui est rare dans l'oeuvre de Raùl Ruiz, " sentimental ".

Référence(s)

----------
Hors Champ 2004
Reproduit dans lecinemaderaoulruiz.com avec l'autorisation des auteurs. Télécharger le document
Richard Bégin et André Habib

----------
Cahiers du cinéma 596 2004
Le rêve de l'autre
Jean-Philippe Tessé

----------
Le Monde 2004
Conversation surréaliste entre deux vieillards dans un café de Santiago du Chili
Jean-Luc Douin

----------
Le Monde 2004
Le Chili, dans la démesure baroque de Raul Ruiz

----------
Les Inrockuptibles 472

----------
Libération 2004
Ruiz à la recherche du temps évanoui
Philippe Azouri

----------
Positif 526 2004
Journées à la campagne
Yannick Lemarié


----------
Télérama 2866