Généalogies d'un crime

Fiche technique
Généalogies d'un crime de Raoul RuizGénéalogies d'un crime
long métrage fiction 35mm France, Portugal (1996), 1h 53min.
Date de sortie : 26 Mars 1997
Réalisé par :
Raoul Ruiz
Avec :
Catherine Deneuve, Michel Piccoli, Melvil Poupaud, Andrzej Seweryn, Bernadette Lafont, Monique Mélinand, Hubert Saint-Macary, Jean-Yves Gautier, Mathieu Amalric, Camila Mora, Patrick Modiano, Jean Badin, Brigitte Sy, Laurence Clément, André Engel, Bernard Pautrat, Messaoud Hattau, Jacques Pieiller, Lemmy Constantine, Pascal Bonitzer, Jean-François Lapalus, Oum' Dierryla, Katie Haigh, Camille Le Foll, Mick Collins, Lisa Swanson, James Thiérrée, Ivan Assouline, Theo Vives, Melinee Prochasson
Synopsis :
Jeanne, une analyste freudienne, croit voir dans son neveu, âgé de cinq ans, des tendances homicides. Or elle sait que - selon un mot de Freud - à l'âge de cinq ans "tout est joué" pour tout individu. Elle décide donc d'étudier l'évolution inexorable de ses penchants criminels, jusqu'au moment où il commet le crime tant attendu : il tue sa tante, seule personne à connaître ses penchants. Le jeune criminel, René, est défendu par Solange, une avocate qui cherchera à démonter les mécanismes du jeu subtil auquel se sont livrés la victime et le futur criminel, pendant plus de dix ans. Peu à peu, le jeune homme commence à voir dans l'avocate, sa tante morte. Et l'avocate voit dans le jeune homme, son propre fils, mort dans un accident. Voilà donc que le fantôme de Jeanne, la victime, s'incarne dans Solange, l'avocate, pour ainsi peut-être donner une nouvelle chance au jeune criminel.
Scénario :
Raoul Ruiz, Pascal Bonitzer
Montage :
Valeria Sarmiento, Béatrice Clérico
Production :
Gemini Films, France, Madragoa Filmes, Portugal
Directeur de la production :
Paulo Branco, Philippe Saal
Image :
Stephan Ivanov
Son :
Henri Maïkoff, Gérard Rousseau, Philippe Donnefort
Musique :
Jorge Arriagada
1er assistant :
Ariel Sctrick
Costumes :
Élisabeth Tavernier, Thierry Delettre
Décoration :
Luc Chalon, Solange Zeitoun
Lieu de tournage :
Paris
Distribution :
Rezo Films
Visa d'exploitation :
89.880
Prix, Festivals :
Berlin Ours d'Argent - Meilleur Réalisateur, 1997, New York, 1998, Montréal, 1997

Un film de Raoul Ruiz


Document(s)

Histoire grotesque et sérieuse

Source : Cahiers du cinéma N°512 Avril 1997

Par Thierry Jousse


Publié sur lecinemaderaoulruiz.com avec l'aimable accord des Cahiers du cinéma et de l'auteur.

Télécharger le document

Entretien

Source : L'Humanité 29 Mars 97

Par Marcus Rothe


Raul Ruiz vient de réaliser 'Généalogies d'un crime', en salles depuis mercredi. Rencontre à Paris.

En vous penchant sur cette question de la prédétermination, vous avez voulu apporter votre pierre au débat sur le clonage, entre psychologues et neurobiologistes...

La psychologie dans mon film n'est qu'un prétexte parce que, à ma connaissance, aucun des psychologues d'aujourd'hui ne croit vraiment à la prédétermination à ce point-là. Par contre, dans le concept même des sciences humaines, il y a le principe qu'on doit pouvoir déterminer le comportement des gens. Cette notion de la science ne s'applique pas seulement à la psychanalyse, à la génétique mais aussi au marxisme orthodoxe. Qu'est-ce qu'on va prédire et jusqu'où va-t-on prédéterminer?

Je crois à la pertinence du problème. C'est une querelle ancienne qui a fait beaucoup de morts entre les protestants, déterministes, et les catholiques, partisans du libre-arbitre. En outre, cela a fait couler beaucoup d'encre à l'intérieur du catholicisme et de l'islam, pour ne parler que des religions. Cette querelle est aussi spécifiquement hispanique, c'est devenu presque un encadrement culturel.

Pensez-vous que la multiplicité de personnalités serait le drame du siècle à venir?

Autrefois, on appelait cela l'aliénation. A partir d'un certain moment, les masques sociaux que l'on porte mangeront le réel des individus. On n'aura plus que des masques et on deviendra - je n'aime pas la prédiction - comme les comédiens de l'opéra du Se Tchouan: ils ne mettent pas de masques parce que les visages mêmes leur servent des masques. Ils font des grimaces, bougent le visage comme les enfants et à l'intérieur - c'est le principe de l'opéra - il n'y a rien, pas de réalité, que des apparences. Cette déréalisation, je la vois dans cette personnalité multiple, qu'on appelle 'en désordre', enfin de ne plus chercher la cohérence interne. Curieusement, cette maladie, quand elle peut en être une, finit toujours en crime - en tout cas aux Etats-Unis on parle des ces gens dédoublés en termes de pulsions criminelles. Rarement, quelqu'un se sentant un peu dédoublé de la sorte va voir un psychanalyste ou un médecin pour dire: 'Hier, je marchais dans la rue, d'un coup j'avais une espèce d'amnésie et je me suis retrouvé trois jours après avec 2.000 dollars dans ma poche.'

Raul Ruiz: les querelles poétiques ressemblent ici à de la boxe

De l'art de la digression maîtrisée

Source : Tausend Augen N°14 Mai 1998

Par Fabien Ribéry


Publié dans lecinemaderaoulruiz.com avec l'autorisation de l'auteur.

Télécharger le document

Tausend Augen

Référence(s)

----------
Tausend Augen 14 1998
De l'art de la digression maîtrisée
Télécharger le document
Fabien Ribéry

----------
Cahiers du cinéma 512 1997
Entretien avec Raul Ruiz
Jousse Thierry ; Lalanne Jean-Marc

----------
Cahiers du cinéma 512 1997
Histoire grotesque et sérieuse
Télécharger le document
Thierry Jousse

----------
DVD Généalogies d'un crime + Le Film à venir 2001
Bonus : Interview de Raoul Ruiz et de Melvil Poupaud par Frédéric Bonnaud. Scène commentée par Frédéric Bonnaud. 250 plans, 250 films, alchimie ruizienne.

----------
Fiches du Cinéma 1409

----------
L'Humanité 1997
Les querelles poétiques ressemblent ici à de la boxe
Marcus Rothe

----------
Le Monde 1998
Généalogies d'un crime Ours d'argent au festival de Berlin
Olivier Mauraisin

----------
Le Monde 1997
L'ironique jeu de go de maître Ruiz
Jean-Michel Frodon

----------
Le Monde 1997
Catherine Deneuve, une icône en liberté
Jean-Michel Frodon

----------
Libération 1997
Généalogies d'un film à métamorphoses
Olivier Seguret

----------
Libération 1997
Un entretien avec la tête d'affiche de Généalogies d'un crime. Catherine Deneuve
Gérard Lefort, Olivier Seguret

----------
Positif 434 1997
Un baroque bien tempéré
Guy Scarpetta


----------
Télérama 2463 1997
Les trésors de M. Ruiz
François Gorin

----------
Télérama 2463 1997
Généalogies d'un crime
Pierre Murat

----------
Télérama 2516 1998
Généalogies d'un crime
Louis Guichard

----------
Télérama 2463 1997
Catherine Deneuve : Raoul est un virtuose
Jean-Claude Loiseau

----------
Télérama 2578 1999
Généalogies d'un crime
Louis Guichard