O livro de Raul

Fiche technique
O livro de Raul
court métrage fiction Betacam SP Brésil (1999) 41min.
Autre titre :
The Raul Book
Réalisé par :
Arthur Omar
Avec :
Raoul Ruiz et Arthur Omar
Scénario :
Arthur Omar
Image :
Arthur Omar
Montage :
Arthur Omar
Son :
Arthur Omar
Synopsis :
Un voyage au Chili avec Raoul Ruiz et Arthur Omar. Conversations et aventures avec le cinéma comme point de départ. Le film évoque une communauté utopique d'architectes et artistes dont l'objectif est de poser l'acte poétique comme base de toute construction. Ils remarquent que l'architecture traditionnelle commence par la pureté d'un plan sur lequel on dessine rapidement, des limites. Au contraire, ils commençent par le centre, du vide interne d'un espace, pour ensuite étendre l'action vers les limites, sans jamais les atteindre. Leur travail ne se termine jamais, de même que dans ce film. Un voyage à l'intérieur de l'enfance, et un territoire qui dissimule l'histoire, le film cherche à recréer les diffèrences qui existent entre les deux réalisateurs. Raoul Ruiz se confond avec ses imitations : dans une séquence, apparaissent de faux Raoul. A la fin, le vrai Raoul est un auteur méconnu, personne ne sait qui il est, et Arthur Omar revient au Brésil en ayant appris des choses sur lui-même.

Document(s)

Arthur Omar

Source : Festival de Locarno 1999

Si Arthur Omar dédie ce "livre" à Raul Ruiz - prolongeant une première rencontre filmée en 1995 dans O Castelo Resiste (Le château résiste), on aurait tort de s'attendre ici à une quelconque biographie illustrée ou à une présentation méthodique de ses films. Voyage au c'ur de l'univers de l'inclassable réalisateur chilien, O livro de Raul (Le livre de Raul) en épouse toute l'exubérance: cette "allégorie documentaire" prend ainsi la forme d'une longue digression sur le Brésil, le Chili, la mort ou encore sur les (im)possibles définitions de "l'acte poétique". Au fil d'étranges chapitres qui se succèdent par libres associations, Arthur Omar laisse la parole à son alter ego Raul, avant que de nouveaux personnages, poètes ou architectes, ne lui volent la vedette au cours de performances hallucinées ou d'interventions passionnées.

"Artiste polymorphe", Arthur Omar (né en 1948) est un des noms les plus en vue de la scène underground (udigrudi) et de l'avant-garde brésilienne. Son unique long métrage à ce jour, Triste trópico (1974), est resté célèbre pour sa délirante relecture de la démarche de l'anthropologue Lévi-Strauss. D'essais oniriques en documentaires expérimentaux, Omar embrasse aussi la photographie ou, à partir de 1983, la vidéo. Il monte des installations, tourne une série de courts films sur d'autres artistes, du cinéaste Alberto Cavalcanti au peintre Mario Schifano, dans un questionnement permanent autour de l'expression et des ses illusions. Parmi ses travaux éclectiques, citons Vocês (1979), six minutes sur la guerre avec des effets lumineux dirigés contre un spectateur-cible, ou Notas do Céu e do Inferno (1998), journal intime en vidéo réalisé pour Arte sur le passage à l'an 2000. Une rétrospective de ses films a été organisée au MOMA de New York en 1999.