Vertige de la page blanche

Fiche technique
Vertige de la page blanche de Raoul Ruiz
long métrage fiction vidéo Belgique (2003) 1h 21min.
Sous titre :
un reality show de Raoul Ruiz
Réalisé par :
Raoul Ruiz
Avec :
Pascale Anin, Patrick Azam, Philippe Bombled, Sophie Bourdon, Carlos Chahine, Florence Hebbelynck, Sébastien Hebrant, Stéphane Oertli, Nicole Oliver, Antoine Oppenheim, Aurélien Patouillard, Mélissa R
Synopsis :
Un jury de festivals de films, composé de professionnels du cinéma juge un film qui traite d'assise lequel est en train de juger trois terroristes qui auraient kidnappé un juge pour le juger.
Scénario :
Raoul Ruiz
Montage :
Yannick Leroy
Production :
Cifas
Directeur de la production :
Marie-Luce Bonfanti
Image :
Nicolas Guicheteau

Un film de Raoul Ruiz


Document(s)

Note

Source : Dossier de presse 2003

Par Raoul Ruiz


À l'origine de ce film, un stage avec une vingtaine de comédiens professionnels avec lesquels fut passé le pacte suivant: faire un film dans lequel chaque comédien aurait un temps de présence égal à l'écran. Il est évident que ce pacte implique d'oublier toute forme de narration qui présuppose un protagoniste, un antagoniste et des personnages secondaires: première rupture avec la narration traditionnelle. Le thème central du film devait être la justice, l'acte de juger, et ceci à tous les niveaux possibles. Un jury de festivals de films, composé de professionnels du cinéma juge un film qui traite d'assise lequel est en train de juger trois terroristes qui auraient kidnappé un juge pour le juger. Cette sorte de mise en abîme de l'idée de justice aurait eu comme conséquence immédiate de métamorphoser le style reality show en quelque chose de paradoxalement irréel. C'est la deuxième conséquence. Finalement, et ceci était un des éléments central de notre stage, il s'agissait de tourner un film qui en cours de route se transforme en quelque chose de complètement différent de ce qui était annoncé au début, et ceci par la multiplication de ce que les anciens peintres flamands appelaient «éléments métamorphiques»: un homme en train de devenir un canard, un poisson en train de devenir un voilier. Curieusement, ces éléments métamorphiques ont été rendus possibles grâce, encore une fois, au type de jeu qu'impose la rhétorique reality show, et ceci est le troisième effet poétique (et narratif).

Une formidable leçon de cinéma

Source : Cinergie, Revue et Annuaire du Cinéma de la Communauté Française de Belgique 2003

Par Philippe Simon


Reproduit dans lecinemaderaoulruiz.com avec l'autorisation de l'auteur.

Conçu dans le cadre d'un stage de direction de comédiens, Le vertige de la page blanche est une aventure étonnante tant par la singularité de son processus de création que par la qualité de sa réalisation. Le travail de Raoul Ruiz y est exemplaire de ce que le cinéma a de plus passionnant et son souci de transmission, sa volonté de mettre le plaisir au centre de sa démarche, ses inventions d'écriture et de jeu y font merveille. Pur bonheur de cinéma, Le vertige de la page blanche est d'`une construction échevelée où mise en abîme et délires surréalistes se répondent en une profusion de scènes saugrenues, drôles et déroutantes. Il est loin de n'être qu'un exercice formel sans chair, ni contenu. Cinéaste des fausses perspectives où les lignes de fuite nous ramènent sans cesse au centre d'un territoire inconnu, Raoul Ruiz dans le Vertige de la page blanche retrouve le chemin des déroutes essentielles. Jouant avec maestria de cette science propre à celui qui s'avance sur un fil de fer tendu au-dessus du vide, il construit son film sur cet équilibre ténu entre rêve et réalité, nous amenant imperceptiblement à avancer le long de cette frontière dangereuse qui sépare la vie de la mort. Prenant prétexte de ce qui se passe quand il nous faut prononcer un jugement, quand impliquer dans un procès, il nous faut être de parti pris, il nous entraîne à revoir cette troublante décision qui est la nôtre, d'être ici et maintenant. Cinéma des mystères, de ces espaces secrets où se révèle la fragilité de nos certitudes, Le Vertige de la page blanche échappe à la pesanteur d'une philosophie ésotérique par un humour décapant où burlesque et poésie font bon ménage. Non-sens et contre sens loufoques, vérités d'un instant qui explosent en jeu d'artifices, mise en miroir où les illusions sont un moment du vrai, toute cette invention délirante pour miner la réalité ne serait rien si elle n'était portée par le travail des comédiens et le savoir diriger de Ruiz. D'une étonnante unité de jeu, chacun évolue dans cette mise en vertige avec la légèreté des nuages et la pulsion des marées, donnant à cette page blanche une épaisseur qui en dit long sur l'expérience vécue. Ici tout se tient, semble voulu, participe d'un même plaisir jusque dans ces hésitations et ces maladresses qui deviennent nécessaires pour faire de ce film une invitation à jouer sa vie en un pied de nez à la mort des plus réussi.

Pour mieux comprendre ce que cache une telle réussite nous avons rencontré Marie Luce Bonfanti, directrice du Cifas et initiatrice du projet.

Naissance du projet

M-L : En 1986, j'avais été stagiaire comme comédienne lors de la réalisation par Raoul Ruiz du Professeur Taranne. Cette expérience m'était restée comme un moment tout à fait exceptionnel. Devenue directrice du Cifas, j'ai voulu développer des stages de direction d'acteurs et j'ai pensé tout de suite à Ruiz. Je lui ai écrit mais avec un certain doute, pensant qu'il ne répondrait pas. Il a téléphoné le lendemain. Voila pour la naissance du Vertige de la page blanche : le souvenir du Professeur Taranne, l'envie de promouvoir de tels projets et l'homme qui n'a pas changé et qui est toujours partant pour ce type d'aventure. En arrivant à Bruxelles, Ruiz avait une idée très précise de ce qu'il voulait faire pratiquement. Il voulait tourner un film en DV-Cam avec une petite équipe, sans scénario préconçu et en se consacrant essentiellement au travail des comédiens. Sur un peu plus de cent candidatures, il en a retenu une vingtaine après avoir lu et relu avec une attention très grande leur CV. Ce qu'il leur proposait était d'écrire et de tourner ensemble un scénario à partir d'un vague synopsis de trois lignes et qui disait à peu près ceci : un jury de festival de cinéma est en train de délibérer sur un film mettant en scène un jury d'assises qui lui-même délibère sur le cas de militants criminels qui ont exécuté un juge après l'avoir fait passer devant un jury sommaire .

Télécharger le document intégral, Site : Cinergie, Revue et Annuaire du Cinéma de la Communauté Française de Belgique